A PROPOS DE TRIAGE.QUEBEC

P

Pourquoi Triage.Quebec ?

L’élaboration d’un Protocole de triage était une étape nécessaire et importante, afin d’encadrer les décisions des professionnels de la santé en cas de pénuries extrêmes de ressources. Cependant, que l’on soit en situation d’urgence sanitaire ou non, les décisions cliniques ne devraient jamais être prises en violation des droits fondamentaux de tout être humain.

Dans les dernières semaines, plusieurs pays ont amorcé des démarches de contestations judiciaires et politiques pour faire réviser les protocoles de triage contenant des critères d’exclusion liés au handicap. Certaines de ces démarches sont toujours en suspens, mais plusieurs se sont soldées par le retrait des dispositions jugées discriminatoires. 

Grâce à un mouvement fort et cohérent, la société québécoise peut elle aussi parvenir à obtenir gain de cause et à faire réviser le Protocole de triage des soins intensifs du Québec !

P

POURQUOI DEVONS-NOUS AGIR ?

Bien que la pandémie soit actuellement sous contrôle au Québec, plusieurs incertitudes demeurent quant à l’évolution de celle-ci dans les prochains mois. Il ne peut être totalement exclu que le système de santé devienne saturé et que le Protocole soit mis en application.
 
Les droits fondamentaux des personnes handicapées ne sont pas facultatifs et ne peuvent être écartés du simple fait que le Québec traverse une crise sanitaire. En tant que société, nous avons tous le devoir d’agir et de protéger les populations plus vulnérables de toutes décisions arbitraires et cliniquement injustifiées.


P

QUI EST DERRIÈRE TRIAGE.QUEBEC ?

Triage.Quebec est né d’une initiative de la Société québécoise de la déficience intellectuelle.

De nombreux chercheurs, bioéthiciens, collaborateurs et organismes contribuent à l’avancée de nos démarches pour obtenir la révision du Protocole.  La portée des enjeux en cause dépasse largement le milieu des personnes ayant une déficience intellectuelle.


P

COMMENT CONTACTER TRIAGE.QUEBEC ?

Si vous avez des questions concernant triage.quebec ou le Protocole, vous pouvez contacter [email protected].

Si vous êtes une organisation intéressée à appuyer la démarche, vous pouvez écrire au [email protected] en spécifiant “appui” dans l’objet de votre message.

Si vous voulez manifester votre soutien à l’initiative de Triage.Quebec, vous pouvez ajouter votre nom à la liste des appuis en consultant la page « Soutenir la démarche de Triage.Quebec ».

P

NOS DÉMARCHES JUSQU’À MAINTENANT

Dès le début de la pandémie, plusieurs groupes nationaux de personnes handicapées ont demandé à avoir des informations sur les critères de triage en cas de débordement des soins intensifs.

Au mois d’avril 2020, nous avons pu obtenir par différentes sources confidentielles un exemplaire du Protocole, y compris les critères d’exclusion retenus.

Le 24 avril 2020, la Société québécoise de la déficience intellectuelle a fait la demande écrite à la Direction des services en déficience, trouble du spectre de l’autisme et réadaptation physique du ministère de la Santé et des Services sociaux d’avoir accès au Protocole. C’est le service des communications du ministère qui a répondu et a refusé de transmettre le Protocole, alléguant que celui-ci était strictement réservé à l’usage des professionnels de la santé et que nous ne devrions pas nous en soucier, puisqu’il ne serait probablement jamais mis en application.

Le 27 avril 2020, la Société québécoise de la déficience intellectuelle a écrit au cabinet de la ministre de la Santé et des Services sociaux afin de lui demander de nous fournir un exemplaire du Protocole et de le rendre public. À ce jour, aucune réponse n’a été reçue.
 
Le 8 mai 2020, la Société québécoise de la déficience intellectuelle a fait la demande écrite au Collège des médecins du Québec d’intervenir auprès du ministère de la Santé et des Services sociaux pour que le Protocole soit rendu public et que la population puisse en prendre connaissance. Le Collège des médecins n’a jamais répondu à la demande.

Le 12 mai 2020, après avoir reçu la communication adressée au Collège des médecins, la Directrice Générale adjointe de la Direction générale adjointe des services hospitaliers, du médicament et de la pertinence clinique et de la Direction générale des affaires universitaires, médicales, infirmières et pharmaceutiques du ministère a répondu que « ce protocole n’est pas un document public pour l’instant , nous ne le diffusons pas et nous n’y voyons pas la pertinence. », nous invitant à nous « adresser à la commission d’accès à l’information ».
 
Dans les dernières semaines, le Protocole fut analysé et décortiqué sous toutes ses facettes par différents chercheurs, bioéthiciens et collaborateurs. Ils en ont conclu que de graves lacunes y figuraient et qu’une démarche de révision était plus que nécessaire.